Interdiction de la chasse aux trophées

Interdiction de la chasse au trophées
Interdiction de la chasse au trophées

La chasse aux trophées est une activité qui consiste à tuer des animaux sauvages pour en conserver une partie de leur corps, comme la tête, les cornes ou la peau, en guise de trophée. Cette pratique est souvent critiquée pour son impact négatif sur la biodiversité, la conservation des espèces et le bien-être animal.

En France, il existe un régime dérogatoire qui permet d’importer des trophées de chasse d’espèces protégées, sous certaines conditions. Par exemple, il faut que l’animal ait été tué dans le cadre d’un plan de gestion durable approuvé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), et que l’importateur dispose d’un permis délivré par les autorités compétentes.

Toutefois, ce régime dérogatoire est remis en cause par une proposition de loi visant à interdire l’importation et l’exportation des trophées de chasse d’espèces protégées, déposée par la députée Sandra Regol (Ecolo-NUPES, Bas-Rhin) et examinée par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire le 24 janvier 2024. Cette proposition de loi vise à modifier le code de l’environnement pour étendre l’interdiction d’importation de trophées de chasse à toutes les espèces inscrites à l’annexe A du règlement européen n°338/97, qui regroupe les espèces les plus menacées, comme les éléphants, les rhinocéros, les lions ou les léopards.

Selon la rapporteure, cette mesure est nécessaire pour lutter contre le braconnage, le trafic illégal et la disparition des espèces emblématiques de la faune sauvage. Elle affirme que la France est le sixième importateur de trophées de chasse européen, avec 752 trophées appartenant à 36 espèces différentes importés entre 2014 et 2018. Elle souligne également que la chasse aux trophées n’est pas compatible avec les objectifs de développement durable et de protection de la biodiversité.

La proposition de loi a été adoptée par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, avec quelques amendements. Elle devra ensuite être discutée en séance publique à l’Assemblée nationale, le jeudi 1er février 2024. Si elle est votée, elle entrera en vigueur le lendemain de sa publication au Journal officiel.

29/01/2024 22 h 25 min

219 vues totales, 8 aujourd'hui