L’UDC souhaite interdire l’importation de foie gras

L'UDC va déposer une motion au Parlement suisse pour demander l’interdiction de l’importation de foie gras

L’UDC va déposer une motion au Parlement suisse pour demander l’interdiction de l’importation de foie gras, un produit dont la production est interdite en Suisse depuis plus de 40 ans. La motion a été acceptée par le Conseil national en février 2022, mais rejetée par le Conseil des Etats en juin 2023. Le Conseil fédéral s’est également opposé à cette interdiction, invoquant les obligations internationales de la Suisse et le libre choix des consommateurs.

Toutefois, le débat n’est pas clos, car deux initiatives populaires ont été lancées en juin 2022 pour demander l’interdiction de l’importation de foie gras, ainsi que de fourrures animales. La récolte de signatures est en cours et le peuple pourrait être appelé à se prononcer sur le sujet. Le foie gras est un mets controversé, qui suscite des réactions très différentes selon les régions linguistiques du pays.

Le foie gras est un sujet de débat qui oppose les défenseurs du patrimoine gastronomique français et les militants du bien-être animal. Voici quelques arguments pour et contre le foie gras :

Pour le foie gras

  • Le foie gras fait partie de la culture et de la tradition culinaire française, reconnue dans le monde entier.
  • Le gavage reproduit un phénomène naturel réversible chez les canards et les oies, qui se suralimentent avant les migrations.
  • Les éleveurs prennent soin de leurs animaux et respectent les normes sanitaires et environnementales.
  • Le foie gras présente des intérêts nutritionnels, comme une richesse en fer, en vitamine A, en vitamines B et en vitamine D.

Contre le foie gras

  • Le foie gras est un produit issu de la souffrance animale, qui impose aux canards et aux oies un gavage forcé et douloureux.
  • Le gavage provoque des maladies et des lésions chez les animaux, qui sont maintenus dans des conditions de vie indignes.
  • Le foie gras est un aliment gras et calorique, qui contient beaucoup de graisses saturées et de cholestérol, néfastes pour la santé cardiovasculaire.
  • Le foie gras est un symbole de surconsommation et de gaspillage, qui contribue à la pollution et au réchauffement climatique.

Les produits issus de la souffrance animale

Il existe de nombreux produits issus de la souffrance animale, qui impliquent l’exploitation, la maltraitance ou la mise à mort d’êtres vivants sensibles. Voici quelques exemples :

  • La fourrure : elle provient de la peau d’animaux élevés ou piégés pour leur pelage, comme les visons, les renards ou les chiens viverrins. Ces animaux subissent des conditions de vie misérables et une mort violente.
  • La laine : elle provient de la tonte des moutons, qui sont souvent soumis à des mutilations douloureuses comme le mulesing, qui consiste à couper la peau autour de la queue sans anesthésie. Les moutons sont également envoyés à l’abattoir lorsqu’ils ne sont plus rentables.
  • Le duvet : il provient des plumes d’oies et de canards, qui sont parfois arrachées à vif sur des animaux vivants. Ces oiseaux sont également gavés pour produire du foie gras.
  • Les sous-produits animaux : ils proviennent des déchets d’abattoir, des déchets de cuisine et de table, des animaux trouvés morts ou des matériaux produits par les animaux, comme le fumier, les coquilles d’œufs, les plumes, la laine ou la cire d’abeille. Ces produits sont utilisés pour fabriquer des engrais, des aliments pour animaux, des cosmétiques, des médicaments ou des biocarburants.

Ces produits sont souvent considérés comme normaux ou nécessaires, mais ils sont le résultat d’une exploitation massive et cruelle des animaux. Il existe pourtant des alternatives végétales, synthétiques ou de seconde main, qui respectent davantage le bien-être animal et l’environnement.

Comment reconnaître les produits issus de la souffrance animale

Il n’est pas toujours facile de reconnaître les produits issus de la souffrance animale, car ils sont souvent dissimulés ou mélangés à d’autres ingrédients. Voici quelques conseils pour les identifier et les éviter :

  • Lisez attentivement les étiquettes des produits que vous achetez, et vérifiez la présence de substances d’origine animale, comme la gélatine, la cire d’abeille, la lanoline, le collagène, la kératine, etc. Vous pouvez vous aider de guides en ligne, qui répertorient les ingrédients à éviter.
  • Privilégiez les produits portant des labels garantissant le respect du bien-être animal, comme le label bio, le label Demeter, le label One Voice, le label Cruelty Free, etc.
  • Évitez les produits contenant de la fourrure, de la laine, du duvet ou du cuir, qui sont issus de l’élevage et de l’abattage d’animaux. Préférez les matières végétales, synthétiques ou de seconde main, qui sont plus écologiques et éthiques.
  • Informez-vous sur les conditions de production des produits que vous consommez, notamment la viande, les œufs, le lait, le miel, le poisson, etc. Vous pouvez vous renseigner sur les sites d’associations de défense des animaux, qui dénoncent les pratiques cruelles de l’industrie agroalimentaire et proposent des solutions pour réduire sa consommation de produits animaux.

22/12/2023 19 h 42 min

273 vues totales, 1 aujourd'hui