Prison pour un éleveur de brebis qui a abattu 2 rapaces

Un éleveur de brebis de la Drôme a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir abattu deux rapaces en voie d’extinction, le 31 décembre 2022.

Un éleveur de brebis de la Drôme a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir abattu deux rapaces en voie d’extinction, le 31 décembre 2022. Il s’agit d’un vautour moine et d’un gypaète barbu, deux espèces protégées par la loi et essentielles à la biodiversité. L’homme a reconnu les faits et a expliqué avoir agi par peur pour son troupeau, menacé selon lui par les oiseaux. Mais les associations de protection de l’environnement, qui se sont portées parties civiles, ont contesté cette version et ont réclamé près de 400 000 euros de dommages et intérêts pour le préjudice écologique causé. Le tribunal correctionnel de Valence a rendu sa décision le 6 octobre 2023, en tenant compte de la situation précaire de l’éleveur, qui vit avec 20 000 euros par an, mais aussi de la gravité des faits, qui constituent une atteinte à la nature et à la vie sauvage. Le parquet avait requis six mois de prison avec sursis, une peine que le tribunal a confirmée, en y ajoutant une interdiction de détenir une arme pendant cinq ans. Le tribunal a également condamné l’éleveur à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à chacune des dix associations qui s’étaient constituées parties civiles, soit un total de 100 000 euros. Cette affaire a suscité l’émotion et le débat dans la région, où les rapports entre les éleveurs et les rapaces sont souvent tendus. Les associations de défense des oiseaux ont salué le jugement, qui reconnaît la valeur des espèces menacées et sanctionne leur destruction illicite. Elles ont également appelé à renforcer la sensibilisation et la prévention auprès des éleveurs, pour leur faire comprendre que les rapaces ne sont pas des prédateurs pour leurs troupeaux, mais des alliés qui participent à l’équilibre des écosystèmes.

Les rapaces sont protégés en France

En France, tous les rapaces sont protégés par la loi, qu’ils soient diurnes ou nocturnes. Il existe 34 espèces de rapaces nicheurs en France, dont certaines sont menacées d’extinction. Voici quelques exemples de rapaces protégés en France :

  • Le gypaète barbu est le plus grand vautour d’Europe, avec une envergure pouvant atteindre 2,80 m. Il se nourrit principalement d’os qu’il casse en les laissant tomber sur des rochers. Il est classé en danger critique d’extinction en France, où il ne reste qu’une cinquantaine de couples nicheurs, principalement dans les Alpes et les Pyrénées.
  • Le vautour moine est le plus grand rapace d’Europe, avec une envergure pouvant dépasser 3 m. Il se nourrit de charognes et vit en colonies. Il a disparu de France au début du XXe siècle, mais a été réintroduit à partir de 1992 dans les Grands Causses, les Baronnies et les Pyrénées. Il est classé en danger d’extinction en France, où il y a environ 200 couples nicheurs.
  • Le circaète Jean-le-Blanc est un rapace de taille moyenne, avec une envergure d’environ 1,80 m. Il se nourrit essentiellement de reptiles, notamment de serpents. Il niche dans les forêts et les garrigues du sud de la France. Il est classé en préoccupation mineure en France, où il y a environ 3 000 couples nicheurs.
  • Le faucon pèlerin est le rapace le plus rapide du monde, capable d’atteindre plus de 300 km/h en piqué. Il se nourrit de petits oiseaux qu’il capture en vol. Il niche sur les falaises, les édifices ou les pylônes. Il est classé en préoccupation mineure en France, où il y a environ 2 500 couples nicheurs.
  • La chouette chevêche est la plus petite chouette d’Europe, avec une taille d’environ 20 cm. Elle se nourrit de petits rongeurs, d’insectes ou de vers. Elle niche dans les cavités des arbres, des murs ou des bâtiments. Elle est classée en préoccupation mineure en France, où il y a environ 50 000 couples nicheurs.

07/12/2023 22 h 07 min

70 vues totales, 0 aujourd'hui