MC Ostéo la femme qui collectionnait les cadavres

Elle se faisait appeler “MC Ostéo” sur les réseaux sociaux, où elle diffusait des vidéos de ses macabres activités.

Elle se faisait appeler “MC Ostéo” sur les réseaux sociaux, où elle diffusait des vidéos de ses macabres activités. Elle découpait, dépeçait, écorchait des animaux morts, qu’elle récupérait auprès de vétérinaires ou d’un équarrisseur complice. Elle vendait ensuite les restes, les peaux, les crânes, les os, à des amateurs de taxidermie ou de curiosités morbides. Elle aurait ainsi gagné 50 000 € en plusieurs années, selon l’enquête.

Mais son trafic illégal a été découvert en 2023, grâce à l’association de défense de la cause animale Extrême Sauvetage, qui a alerté les autorités après avoir assisté à l’un de ses “lives” sur Facebook, où elle dépeçait un bouledogue français. Les gendarmes ont alors perquisitionné son domicile, près de Barbezieux-Saint-Hilaire, en Charente, et ont fait une effroyable découverte. Des centaines d’animaux morts, de toutes espèces, étaient entassés dans des congélateurs, des bocaux, des sacs. Des chiens, des chats, des antilopes, des crocodiles, des serpents, des tortues… Certains étaient mutilés, d’autres conservés dans du formol. Des scènes d’horreur, dignes d’un film gore.

La femme, son compagnon et leur équarrisseur ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils seront jugés en novembre 2024 devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour “détention, transport et usage d’animaux protégés” et “travail dissimulé”. Le parquet a requis un an de prison avec un sursis probatoire, une obligation de soin et 10 000 € d’amende à l’encontre de la femme. Elle risque également de perdre la garde de ses deux enfants, qui vivaient dans cet enfer.

Des cas similaires en France

  • En 2018, un couple de retraités a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 3 000 € d’amende pour avoir conservé plus de 200 animaux morts dans leur maison à Saint-Pierre-d’Oléron, en Charente-Maritime. Il s’agissait principalement de chiens, de chats, de lapins, de poules, de canards, de tortues et de perroquets. Les animaux étaient enterrés dans le jardin, stockés dans des congélateurs ou exposés dans des vitrines. Le couple avait un attachement excessif à ses animaux et souffrait du syndrome de Noé.
  • En 2019, un homme de 47 ans a été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 5 000 € d’amende pour avoir détenu illégalement 17 animaux morts dans son appartement à Paris. Il s’agissait de reptiles, d’oiseaux, de mammifères et de poissons, dont certains étaient protégés par la convention de Washington sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES). L’homme, qui se disait passionné de taxidermie, avait acheté les animaux sur internet ou dans des animaleries, sans autorisation ni certificat de capacité. Il les avait ensuite empaillés ou conservés dans du formol.
  • En 2020, une femme de 36 ans a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 2 000 € d’amende pour avoir détenu illégalement 65 animaux morts dans son appartement à Lyon. Il s’agissait de chats, de chiens, de rongeurs, de reptiles, d’oiseaux et de poissons, dont certains étaient également protégés par la CITES. La femme, qui souffrait de troubles psychiatriques, avait récupéré les animaux auprès de vétérinaires ou de particuliers, en se faisant passer pour une association de protection animale. Elle les avait ensuite congelés ou mis dans des sacs poubelles, sans les déclarer ni les incinérer.

Le syndrome de Noé

Le syndrome de Noé est un trouble mental qui consiste à posséder trop d’animaux de compagnie, au point de ne plus pouvoir leur assurer des conditions de vie décentes. Les personnes atteintes de ce syndrome sont incapables de reconnaître la souffrance de leurs animaux et refusent de s’en séparer. Elles sont souvent isolées socialement et peuvent souffrir d’autres troubles psychologiques, comme la dépression, la paranoïa ou les troubles obsessionnels-compulsifs. Le syndrome de Noé tire son nom du personnage biblique qui a sauvé un couple de chaque espèce animale lors du déluge.

03/12/2023 18 h 24 min

169 vues totales, 2 aujourd'hui